Tunnel

Un tunnel de 5 km

30.05.2017
#Tunnel et tunnelier #Travaux

Pour concevoir la ligne de métro 3 qui traversera la ville du Nord au Sud, la création d’un nouveau tronçon au départ de la gare du Nord vers Bordet est nécessaire. À venir : un nouveau tunnel de 5 km.

Les travaux de construction de ce tunnel seront réalisés avec un tunnelier. Cette technique présente de nombreux avantages : pas d’ouverture de voirie et pas de démolition d’habitations liée au nouveau tunnel, peu de nuisances en surface et un rythme de construction rapide et régulier.

La technique du tunnelier permet d’éviter d’importantes ouvertures en surface sur tout le tracé, la démolition d’îlots entiers d’habitations et les coupures de voiries qui créent des barrières infranchissables dans la ville.

La méthode a été utilisée et éprouvée dans des quartiers denses comme pour le Diabolo sous les pistes de l’aéroport de Bruxelles, à Anvers ou à Paris. Le tunnelier creuse à une profondeur de +/- 30 m sous la surface du sol. On diminue ainsi le risque de tassements, le bruit et les vibrations. Le tunnelier avancera au rythme de 10 m/jour, 7j/7. Le diamètre de forage est de 10 m.

Le tunnelier prendra son départ sur un site de la STIB à Haren, à côté du dépôt tram/bus existant. Ce site sera le chantier principal du tunnel car c’est à cet endroit que le tunnelier entrera sous terre. C’est également là que les terres excavées du tunnel seront évacuées.

À chaque future station, le tunnelier peut être stoppé pour un entretien de la tête de coupe. Il traverse alors l’infrastructure de la station préalablement construite.

En 2015, des sondages ont été réalisés pour déterminer le type de sol que le tunnelier rencontrera. Le creusement sera réalisé dans un sol sableux et argileux. Pour ce type de terrain, le choix s’est porté sur un tunnelier à pression de boue ou de terre. Comment ça marche ? Voir ici.

Mesures de contrôle et de sécurité

Plusieurs méthodes de monitoring et de surveillance pour la construction du tunnel sont en cours d’étude.