Metro 3

L’état d’avancement de l’étude d’incidences

15.05.2020
#Etude d'incidences #Nouveau tunnel #Nouvelles stations #Dépôt Haren

L'étude d’incidences de l'extension de la ligne de métro vers le nord à Bruxelles a débuté fin novembre 2019.
Une phase très importante pour le projet Métro 3, car elle étudie les effets positifs et négatifs du projet sur l’environnement et des propositions pour réduire ces effets et en limiter les nuisances.


En attendant les résultats de l’étude, nous avons interviewé Gilles Ledent du bureau d'études ARIES pour lui poser quelques questions.


Dans une première partie, nous vous avons présenté le bureau d'études et sa mission pour le projet Métro 3. Dans cette deuxième partie, vous en apprendrez davantage sur l'avancement de l'étude d’incidences.

Pouvez-vous donner des exemples concrets de sujets qui font l’objet d’une étude ?

« Les thématiques étudiées sont nombreuses et concernent des compétences scientifiques très variées. Il s’agit d’une étude multidisciplinaire dont l’intérêt réside notamment dans les interactions entre les thématiques étudiées. L’ensemble des thématiques étudiées sont définies par la législation, le Code Bruxellois de l'Aménagement du Territoire (CoBAT). Elles recouvrent les questions d’environnement urbain (paysage, architecture, patrimoine), l’environnement humain (la mobilité, la sécurité, les aspects sociaux et économiques, les questions sonores et vibratoires, la gestion des déchets) et les questions relatives au milieu naturel (le sol et le sous-sol, les eaux, la faune et la flore, la qualité de l’air…).

Nous étudions par exemple, l’impact de la présence du tunnel sur la circulation des eaux souterraines. Le tunnel joue potentiellement un effet de barrière pour l’écoulement des eaux de nappes souterraines et il est important de comprendre l’importance de cet effet barrière pour pouvoir le minimiser et le compenser.

Nous étudions encore les solutions possibles pour gérer les eaux qui seront éventuellement pompées dans le tunnel durant le chantier ou durant l’exploitation du métro.

D’autres sujets techniques sont à l’étude. Nous pouvons parler des questions de sécurité dans les stations notamment. Les questions liées à l’évacuation des personnes et de l’accessibilité pour les services de secours doivent être étudiés avec attention, en liant ceci avec la profondeur des stations.

L’impact du projet sur les vibrations est également modélisé afin de s’assurer que tout est mis en œuvre pour que les vibrations soient imperceptibles. Nous nous attardons également à étudier l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Les enjeux du chantier sont également importants tant au niveau des ouvrages souterrains (stabilité, vibrations) que des interventions en surface au droit des stations (emprises sur l’espace public, démolitions et reconstructions, impacts sur la mobilité et l’accessibilité des fonctions présentes à proximité…). »

À ce stade de l’étude, qu’est-ce qui a déjà été étudié ?

« Vu l’étendue de cette étude et sa complexité, il a été décidé de la subdiviser en plusieurs livres afin de faciliter l’accès à l’information lorsque cette étude sera publiée. L’étude est donc composée des livres suivants :

  • Introduction
  • 7 livres « stations »
  • Tunnel, livre dépôt
  • Alternative tram
  • Synthèse des recommandations et conclusions 

Dans chaque livre, nous présentons les éléments du projet concerné, les éléments de la situation existantes qu’ils concernent, les incidences du projet et des alternatives au projet.

Nous en sommes actuellement au quatrième rapport intermédiaire qui est soumis au comité d’accompagnement.

Après une période de centralisation d’informations et de définitions méthodologiques, nous sommes en ce moment au cœur du travail d’analyse. Tous les livres sont en cours d’élaboration dans le cadre d’un calendrier qui leur est propre. Dans tous les domaines, l’analyse en cours sort ses premiers résultats. L’essentiel des analyses thématiques sera produit au cours du printemps et au début de l’été. Nous aurons ensuite besoin d’un période de « maturation » de l’analyse à travers des affinages analytiques de sujets particuliers et en mettant en évidence les analyses croisées entre les différentes thématiques environnementales. »

Quand et comment l’étude sera-t-elle validée et les résultats portés à la connaissance du public ?

« La clôture de l’étude est prévue pour début 2021. C’est le comité d’accompagnement qui déclare l’étude complète dès que le contenu du cahier des charges de l’étude a été respecté et que le contenu de l’étude est satisfaisant et peut être présenté au public durant l’enquête publique.

Les résultats de l’étude ne sont donc communiqués qu’après que le comité d’accompagnement l’ait validé et clôturé officiellement.

Les résultats intermédiaires ne sont pas communiqués car ils ne peuvent être dissociés des conclusions générales de l’étude faisant le bilan des incidences positives et négatives du projet, de l’analyse comparée des alternatives et des recommandations formulées par le chargé d’étude pour supprimer ou réduire les incidences négatives. Par ailleurs, la législation définit le cadre dans lequel l’étude d’incidences doit être communiquée, à savoir au moment de l’enquête publique. »

Votre rapport comportera probablement des milliers de pages, comment le rendre compréhensible par le public ?

« Il s’agira effectivement d’une très grosse étude. Chaque livre comptant plusieurs centaines de pages, l’étude d’incidences complète comptera plusieurs milliers de pages. Les sujets d’analyse sont nombreux et variés et nous avons la responsabilité de les étudier tous avec un niveau de détail suffisant pour permettre les prises de décisions adéquates.

Il n’empêche que ce document doit rester lisible et accessible. Dans ce but, nous avons structuré le rapport en plusieurs livres. Chaque livre s’intéresse à un élément particulier du projet (une station, le dépôt, le tunnel…) et aidera ainsi le lecteur à trouver une information dans un document plus facile à manipuler. Nous avons par exemple prévu que, pour chaque station, et donc chaque quartier potentiellement impacté, l’information se retrouve rassemblée à un endroit du rapport facilement identifiable.

La table des matières de l’ensemble de l’étude et de chaque livre servira également à guider le lecteur dans sa recherche par rapport à ses préoccupations spécifiques.

Enfin, et c’est sans doute le plus important, l’étude doit, obligatoirement, faire l’objet d’un résumé non technique. Ce résumé sera le dernier volume de l’étude et compilera toutes les informations et conclusions essentielles de l’étude d’incidences. Il sera lisible indépendamment de l’étude complète et fournira toutes les informations nécessaires pour comprendre les grands enjeux liés au projet. Le contenu du résumé non technique est validé, comme le reste de l’étude, par le comité d’accompagnement. »

***

En parallèle, Beliris a publié l'avis de marché pour les travaux de génie civil d’extension de la ligne de métro 3 vers le Nord afin d'optimiser le planning de réalisation du projet.